Inscription
téléphone

Information et inscription

450.224.5345 

Places limitées

linkedin

Le Blogue Soft Skills et Techniques comprend divers articles portant sur les compétences techniques
(hard skills) et, plus particulièrement, sur les compétences comportementales propulsées par le savoir-être
(soft skills ou compétences douces).

sollicit.com propose des formations triées sur le volet à l’intention des nouveaux leaders.

MANAGEMENT ET LEADERSHIP (1/3)

7 septembre 2021
Publié par : Patrick Dufault, CRHA
Formateur agréé (CPMT/Emploi Québec), Coach certifié Agile SHIFT


Quel est le rôle du gestionnaire, versus celui du leader?

Le rôle du gestionnaire est de gérer des ressources, qu’elles soient humaines, matérielles, financières, logistiques ou autres.

Un gestionnaire doit avant tout être capable de gérer de l’information pour les équipiers/employés. Il doit être capable de décoder et de proposer des indicateurs de changement parce que ce qui doit être géré, c’est le changement lui-même. Le changement est inévitable, il est la condition normale de l’existence, parce que la vie est changement. Le gestionnaire doit prévoir, prévenir, prioriser. Prévoir les objectifs, la vision et les destinations, les réalisations, les livrables. Prévenir les risques, les conditions difficiles, les dangers. Prioriser les actions et les priorités. La multitude de signaux qui émergent de l’environnement des opérations quotidiennes, mensuelles, trimestrielles, annuelles ont un sens qu’il faut décoder pour mieux intervenir. Le rôle du gestionnaire est donc d’incarner une stabilité à travers le changement.

Le leader, lui, va se révéler principalement dans les zones de turbulence, quand c’est flou, quand il y a trop de signes, ou pas assez de signes clairs, quand ça stagne ou quand c’est tumultueux. Quand les conditions sont difficiles, le leader trouve de nouvelles voies et mobilise l’équipe vers l’action en donnant un nouveau sens à la situation.

Les deux rôles sont différents et complémentaires. De plus en plus jumelés.

Comment passe-t-on du gestionnaire au leader?

Il faut noter qu’on peut être les deux, mais ce n’est pas toujours le cas. Ce n’est pas parce qu’on est gestionnaire qu’on est leader, ou ce n’est pas parce qu’on est leader qu’on est gestionnaire. Alors que le gestionnaire organise les ressources vers une régularité des actions et vers les résultats attendus, le leader, lui, agit lorsque ce qui est fait habituellement ne répond plus aux attentes et que l’équipe a besoin d’être inspirée, influencée. Une notion importante du leader, c’est la dimension entre le « laisser aller » et le « laisser venir ». Dans nos habitudes, dans les procédures que nous sommes habitués de suivre, que doit-on laisser aller pour faire place à l’innovation, à l’émergence, à autre chose. La transition entre le connu et l’inconnu, la gestion et le leadership se transitent sur la courbe du changement (Otto Scharmer) et les divers styles de leadership que nous aborderons dans un prochain article.

Ceci étant dit, beaucoup d’entreprises ont des situations problématiques par rapport à leur management parce qu’elles ont de la difficulté à trouver les bons indicateurs. Elles désirent conserver les recettes gagnantes du passé. Il faut que les principaux gestionnaires de résultats soient en mesure de filtrer selon les contextes ce qui est constant et ce qui doit changer.

Alors, pour que l’entreprise s’adapte et innove, le gestionnaire, dont le savoir-faire est la planification, doit transiter vers un savoir-être qui peut se traduire en quatre points que le leader maîtrise habituellement.

1) Exprimer ses préoccupations,
2) Garder un esprit critique face aux solutions d’experts.
3) Chercher à multiplier les points de vue pour avoir une vue d’ensemble.
4) Rester disponible et accessible.

En conclusion: L’idée à retenir est alors de montrer qu’une transition résulte toujours de deux phénomènes cumulatifs combinés : un processus d’accumulation de fragilités et un processus d’ignorance managériale sur ces fragilités. Les transitions ne doivent pas être conçues seulement comme des événements d’exception dont le caractère improbable les rendrait difficilement compréhensibles, mais aussi comme des processus longs prenant racine dans le fonctionnement quotidien des organisations. D’où la responsabilité des gestionnaires de naviguer entre management et leadership.


Formateur agréé et coach :

Patrick Dufault, CRHA

  • Il détient une Maîtrise en communication organisationnelle
  • Patrick s’est aussi formé au Leadership Embodiment International
  • Il est certifié coach AgileShift et également certifié chargé de projet Prince2
  • Patrick est formateur agréé (Agrément no. 0059588 – KI-AI! Conseils RH Inc. – CPMT/Emploi-Québec)
  • Depuis l’an 2000, Patrick accompagne des professionnels dans l’atteinte de leurs objectifs
  • Il est formateur et coach en leadership et stratégie d’engagement
  • Patrick est aussi rédacteur en chef de la revue RH (Ordre des CRHA)
  • Il est entrepreneur-fondateur de KI-AI! Conseils RH Inc. depuis 2015